L’électricité n’a pas de couleur. Pourtant, les fournisseurs sont de plus en plus nombreux à proposer des offres « vertes ». Argument marketing ou réel engagement en faveur d’une électricité d’origine renouvelable ? On vous aide à démêler le vert du faux.

Vous avez souscrit un contrat d’électricité « verte » auprès de votre fournisseur ? Bravo ! Mais, d’un fournisseur à l’autre, une offre « verte » peut recouvrir des réalités très différentes : vous pouvez financer la production d’électricité nucléaire et/ou issue du charbon, sans le savoir. Et ce, en toute légalité.

Des offres d’électricité verte avec du nucléaire ou du charbon, c’est possible ?

Hélas oui. La réglementation actuellement en vigueur n’oblige pas un fournisseur à acheter ou produire de l’électricité renouvelable pour pouvoir commercialiser des offres « vertes » d’électricité. La seule obligation pour le fournisseur d’électricité est de se procurer des certificats appelés « garanties d’origine » : ces petits bouts de papier sont la preuve qu’une quantité d’électricité équivalente à celle consommée a bien été produite dans une installation renouvelable et injectée dans le réseau électrique, quelque part en Europe.

Il est possible de vendre des offres vertes tout en fournissant de l'électricité nucléaire ou à charbon

Comment « verdir » une électricité d’origine non renouvelable ?

Un petit exemple de méthode utilisée par certains fournisseurs qui verdissent leurs offres, tout en achetant de l’électricité nucléaire ou fossile. Attention, accrochez-vous :

  • Mon fournisseur, une entreprise française, achète son électricité sur le marché de gros. Par défaut, cette électricité est dite « grise » car composée de différentes sources d’énergie. En France, cette électricité est essentiellement d’origine nucléaire, donc non renouvelable, polluante et dangereuse (78 % en 2017) et pour une petite partie issue de la combustion de charbon, gaz naturel ou pétrole, des énergies émettrices de gaz à effet de serre et donc nocives pour le climat (11 % en 2017).
  • Afin de pouvoir vous proposer une offre « verte », alors que son électricité est « grise », votre fournisseur va acheter des petits bouts de papiers, appelés « garanties d’origine » à un producteur d’énergie renouvelable, n’importe où en Europe. Ce producteur, dans notre exemple, est basé en Finlande, et produit de l’électricité grâce à un barrage hydroélectrique construit dans les années 1950.
  • Les « garanties d’origine » certifient seulement que le producteur (finlandais dans notre exemple) a bien injecté une quantité d’électricité d’origine renouvelable dans le réseau électrique européen, en l’occurrence en Finlande. Mais mon fournisseur n’a pas acheté cette électricité renouvelable : il n’a payé au producteur finlandais que le prix des certificats verts, les « garanties d’origine » (qui ne représentent qu’une toute petite part des coûts de production de l’électricité).
  • Mon fournisseur me facture le prix de l’électricité d’origine nucléaire et fossile qu’il a achetée sur le marché de gros, auquel il ajoute le prix des « garanties d’origine » achetées au producteur finlandais pour une quantité d’électricité équivalente à votre consommation. Petite précision : une garantie d’origine coûte actuellement en moyenne moins d’un euro par MWh, soit généralement moins de 2 % du coût de l’électricité produite…
  • En payant ma facture à ce fournisseur, je finance donc en grande partie la production d’électricité d’origine nucléaire et fossile et, pour une petite partie, la production d’électricité d’origine renouvelable (dans notre exemple, issue d’un barrage construit il y a plus de 50 ans en Finlande…).

Vous n’avez pas tout compris ? Cela n’est pas très étonnant… Le système n’est pas vraiment fait pour faciliter la transparence. Pour faire court : pour 100 € d’électricité que vous payez, seulement 2 € sont susceptibles d’aller vers la production d’énergie renouvelable correspondant aux garanties d’origine, bien que vous ayez souscrit à une offre « verte ». C’est mieux que rien (voir les fournisseurs « vraiment mauvais » du classement de Greenpeace France sur l’électricité verte), mais c’est bien peu. Ces chiffres varient toutefois d’un fournisseur à l’autre.

Existe-t-il des fournisseurs d’électricité « vraiment verte » ?

Bonne nouvelle : oui, il existe des fournisseurs d’électricité vraiment renouvelable qui ne se contentent pas de faire du marketing vert !

Greenpeace France présente dans son comparatif plusieurs fournisseurs « vraiment verts ». Ils produisent eux-mêmes de l’électricité d’origine renouvelable ou se procurent exclusivement de l’électricité d’origine renouvelable directement auprès de producteurs bien identifiés. Ils achètent également à ces mêmes petits producteurs des « garanties d’origine » (obligatoires pour pouvoir commercialiser des offres « vertes »), de façon transparente et traçable.

Des fournisseurs d'électricité investissent vraiment dans les énergies renouvelables comme le photovoltaïque

Un exemple de fonctionnement d’un fournisseur vraiment vert

  • Mon fournisseur « vraiment vert » achète toute son électricité à des petits producteurs d’énergie renouvelable, dans notre exemple solaire et éolienne, basés en France. Cette électricité 100 % d’origine renouvelable est injectée directement dans le réseau électrique français.
  • Mon fournisseur achète également des « garanties d’origine » à ces mêmes petits producteurs, correspondant exactement à l’électricité qu’il leur a achetée et qui a été injectée dans le réseau français, en toute transparence.
  • En payant ma facture à ce fournisseur, je finance donc uniquement la production d’électricité d’origine renouvelable, sans émissions de gaz à effet de serre ni CO2, et pas uniquement le montant des « garanties d’origine ».

La nuance est-elle vraiment importante ? Oui ! Ce que votre fournisseur fait de l’argent de votre facture mensuelle est plus important que le nom donné au contrat, « vert » ou pas.

Dans le classement de Greenpeace France, les fournisseurs les mieux classés investissent l’essentiel de leurs revenus dans des capacités supplémentaires de production d’énergie renouvelable. Un contrat d’électricité verte chez un tel fournisseur contribue réellement à la transition énergétique et permet de soutenir directement les petits producteurs d’énergie renouvelable. A l’inverse, les fournisseurs les moins bien classés, quel que soit le nom de leur contrat, continuent d’investir dans des énergies nocives pour l’environnement et freinent la transition énergétique.

Crédits photos : © Paul Langrock / Agentur Zenit – © Bernd Lauter/berndlauter.com – © Katie Cutting / Greenpeace